logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/10/2008

Embrun , prison Centrale

     Cette Prison est restée marquée chez les vieux Embrunais puisqu'ils disent toujours à propos de la rue qui la longe " la centrale" et non rue Emile Guigues . C'est le Baron Ladoucette , préfet , qui à l'époque , en 1803, précipita l'installation de cette prison, sur ordre du gouvernement, dans les anciens locaux du vieux collège des jésuites. Mais, rien n'était prêt et le maire, à peine au courant de la situation . Ces détenus arrivèrent donc par convois , à pieds dans des conditions lamentables .                               

     Quand ils furent là , il fallut trouver au pas de course l' approvisionnement , les lits , les gardes , les employés , la paille pour dormir , enfin tout pour ces malheureux dont certains venaient de très loin , ou étaient âgés et malades .Ces prisonniers étaient des gens condamnés à plus d'un an de prison et ils étaient assujetis à" un travail journalier pour '''améliorer leur moralité et leur procurer les moyens d'entrer dans la société en fin de peine ''', pourvus de quelques économies et éventuellement d'un métier ". Leur situation était à tel point lamentable en ces débuts " quelle affligea cruellement les âmes sensibles de la ville" . Les choses néanmoins finirent par s'arranger et il y eut tous les personnels nécessaires , y compris docteur , chirurgien , pharmacien .                                 

    Les détenus y exercaient un métier : menuisiers , cordonniers ... et il y eut même une filature pour la laine ou on fabriquait des draps et couvertures . Tout de même , c'était une prison et il y régnait souvent une instabilité réprimée certes , mais qui occasionnait des blessés et des morts . Ces morts , il fallut les enterrer et il ne fût pas question de les ensevelir dans le cimetière de la ville . Alors on leur fit un cimetière bien à part , loin au milieu des champs . (Il existe toujours , mais transformé en jardin ... potager ). Cette prison voyait passer des malheureux qui avaient eu le grand tort de voler de la nourriture ou des vêtements . D'autres étaient des criminels bien sur , mais il y avait aussi des opposants au régime d'alors . Ainsi , plusieurs dizaines de corses moururent dans cette triste geôle . 

   Un , en particulier n'y mourut pas mais , sa peine purgée , complota contre Louis Philippe qu'il faillit bien tuer au cours d'un attentat , l'''attentat de Fieschi ''. Il avait imaginé une machine infernale avec des fusils . C'est surtout la foule qui en paya le prix . Fieschi fût arrêté et guillotiné . Nous étions en 1835 .                                  

     Cette " centrale "ferma ses portes en fin du 19e siècle et fût transformée en caserne de Chasseurs alpins Aujourd'hui , une grande partie de cette " caserne" a été démolie mais la "centrale " classée au titre de collège de Jésuites a été transformée en logements et salles diverses pour les associations . Mais sur un façade on peut toujours voir les épais barreaux de la prison .

 

P1020500.JPG

Un bâtiment restant et ses fenêtres à barreaux

les 3 fenêtres en arrondis étaient celles de la 1ere chapelle

P1020496.JPG

Rue Emile Guigues dite

''la Centrale''

 

16:25 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (35)

Commentaires

Coucou du soir !

Le baron Ladoucette portait bien son nom pour s'occuper de la prison . Bonne soir"e , bizous Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 22/10/2008

Un jardin potager à cet endroit ? Je ne mangerais pas volontiers ses légumes ....

Bises.
Josiane.

Écrit par : Josiane | 24/10/2008

bron Ladoucette... je connais à Drancy (93),ou j'ai travaillé 20 ans un "Parc Ladoucette" du nom d'une baronne qui a offert à la municipalé parc et château dans les années 1920;
le monde est petit ....

amitiés

béatrice

Écrit par : beatrice | 25/10/2008

Suite recherche généalogique ,mon ancêtre de vals les bains, né1780, décède a la prison d'Embrun en 1829(il y resta 2 ans.Il a était mis dans le cimetière des prisonniers (dit des Corses) nous étions présents le lundi de pâques(9 avril 2012).
Je ne comprends pas pourquoi ce cimetière se trouve sur un terrain privé?
Ce n'est pas a la basse un Cimetière privé?
Comment peut-on vendre un terrain avec un cimetière a l'intérieur? Je sais que la clôture (mur en pierre) est la depuis 1830.Peut-on demander a la Mairie d'embrun un chemin d'accès?
existe -il une loi?
MERCI!
martine

Écrit par : baignard | 12/04/2012

Ne pouvant répondre directement à Martine dite Baignard, au sujet du ''cimetière des ''Corses'', je le fais de cette façon en espèrant qu'elle le verra. Ce cimetière devait être à l'origine sur un terrain communal, qui a du être racheté par un paysan, après l'abandon total de ce cimetière.Je dois avouer que la commune ne s'est pas très bien comportée avec ce lieu, qui renferme les restes de prisonniers, maltraités e qui souvent en ces époques dures, n'avaient pas fait grand chose. On sait bien qu'un voleur de pain pouvait se retrouver là, avec un assassin, ou autre bandit de grand chemin.
Aujourd'hui, il existe une plaquette sur l'histoire des Corses, écrite pâr notre historien local jean van denhove. La propriété est privée, le cimetière est un jardin et il faut demander au propriétaire pour y pénétrer...s'il veut bien
Cordialement

Écrit par : l'alpin | 12/04/2012

Cher ami(e)
Merci d'avoir pris la peine de me répondre, nous sommes sur la même longueur d'ondes. je vais écrire au MAIRE pour voir si on peut faire quelques chose. J'ai lu le livre de M VANDENHOVE très bien écrit très intérésant.
Il doit bien y avoir sur le relevé cadastral de l'époque le cimetière .
Jusqu'a quelle date a t-on enterrer des prisonniers? Le savez-vous?
Est-il répertorié comme Cimetière ou comme Charnier?
Comment joindre le président de l'association des Corses,avez-vous une idée?
Pardon pour toutes ses questions et merci pour votre aide.MARTINE BAIGNARD

Écrit par : baignard | 15/04/2012

Martine, bonjour, j'ai votre message, mais si vous pouviez passer par mon Mail Bagali.noel@orange.fr, ça serait plus facile...J'espère que vous allez lire ceci...Je tâche de voir Jean Van den pour lui poser vos questions...a bientôt

Écrit par : l'alpin | 16/04/2012

Bonjour Martine...je viens d'avoir jean van den: le terrain du cimetière était un terrain de l'Etat, aujourd'hui propriétée de Mr Serre/ bonnaffoux...consulter le cadastre...les prisonniers y ont été enterrés jusqu'à la fermeture de la Prison ??je n'ai pas le livre sous la main...
Ce n'était pas un charnier mais bien un cimetière. les extraits de décés peuvent être retrouvés en mairie, si on a une dtae même approximative c'est plus facile. Pour l'association des Corses voir avec Jean... jean.vandenhove@orange.fr...

Écrit par : l'alpin | 17/04/2012

Mille Mercis pour votre réponse très concrète et votre aide. Oui!
la prochaine fois je vais vous joindre sur votre adresse mail.
je vais voir le cadastre,mais au niveau des archives en ligne hier il y avait un problème technique.
Merci encore.
martine baignard

Écrit par : baignard | 19/04/2012

Bonsoir,je crois quand , on voit le massacre du General morand en CORSE et la deportation de 167 Corses en 1808, on devrait avoir le respect de ces morts et pas faire une piscine ni un potager a la place, cela ne portera pas bonheur au proprietaire .Il faudrait recuperer les os et les mettre dans le cimetiere de l ancienne prison et faire un memorial en l honneur des Corse et des autres. Et qui soit en paix.
A bientot.
Rigaud Pietrini jean louis

Écrit par : rigaud | 21/05/2012

j'ai étudié me fraùe des corses déportés à Embrun en 1808. cette étude fait 49 pages dans mon livre les prisons d'Embrun du Moye,-Age à 1945. t
Qai,t ai cimetière il a reçu tous les détenus de la centrale pendant 82 ans soit plus de mille, sans cercueils sans plaques :de plus il n'a été cloturé qu'en 1830

Écrit par : vandenhove jean | 27/05/2012

j'ai étudié me fraùe des corses déportés à Embrun en 1808. cette étude fait 49 pages dans mon livre les prisons d'Embrun du Moye,-Age à 1945. t
Qai,t ai cimetière il a reçu tous les détenus de la centrale pendant 82 ans soit plus de mille, sans cercueils sans plaques :de plus il n'a été cloturé qu'en 1830

Écrit par : vandenhove jean | 27/05/2012

j'ai étudié me fraùe des corses déportés à Embrun en 1808. cette étude fait 49 pages dans mon livre les prisons d'Embrun du Moye,-Age à 1945. t
Qai,t ai cimetière il a reçu tous les détenus de la centrale pendant 82 ans soit plus de mille, sans cercueils sans plaques :de plus il n'a été cloturé qu'en 1830

Écrit par : vandenhove jean | 27/05/2012

j'ai étudié me fraùe des corses déportés à Embrun en 1808. cette étude fait 49 pages dans mon livre les prisons d'Embrun du Moye,-Age à 1945. t
Quant au cimetière il a reçu tous les détenus de la centrale pendant 82 ans soit plus de mille, sans cercueils sans plaques :de plus il n'a été cloturé qu'en 1830

Écrit par : vandenhove jean | 27/05/2012

j'ai étudié me fraùe des corses déportés à Embrun en 1808. cette étude fait 49 pages dans mon livre les prisons d'Embrun du Moye,-Age à 1945. t
Quant au cimetière il a reçu tous les détenus de la centrale pendant 82 ans soit plus de mille, sans cercueils sans plaques :de plus il n'a été cloturé qu'en 1830

Écrit par : vandenhove jean | 27/05/2012

j'ai étudié me fraùe des corses déportés à Embrun en 1808. cette étude fait 49 pages dans mon livre les prisons d'Embrun du Moye,-Age à 1945. t
Quant au cimetière il a reçu tous les détenus de la centrale pendant 82 ans soit plus de mille, sans cercueils sans plaques :de plus il n'a été cloturé qu'en 1830

Écrit par : vandenhove jean | 27/05/2012

j'ai étudié le drame des corses déportés à Embrun en 1808. cette étude fait 49 pages dans mon livre les prisons d'Embrun du Moye,-Age à 1945. t
Quant au cimetière il a reçu tous les détenus décédés de la centrale pendant 82 ans soit plus de mille, sans cercueils sans plaques :de plus il n'a été cloturé qu'en 1830

Écrit par : vandenhove jean | 27/05/2012

j'ai étudié le drame des corses déportés à Embrun en 1808. cette étude fait 49 pages dans mon livre les prisons d'Embrun du Moye,-Age à 1945. t
Quant au cimetière il a reçu tous les détenus décédés de la centrale pendant 82 ans soit plus de mille, sans cercueils sans plaques :de plus il n'a été cloturé qu'en 1830

Écrit par : vandenhove jean | 27/05/2012

j'ai étudié le drame des corses déportés à Embrun en 1808. cette étude fait 49 pages dans mon livre les prisons d'Embrun du Moye,-Age à 1945. t
Quant au cimetière il a reçu tous les détenus décédés de la centrale pendant 82 ans soit plus de mille, sans cercueils sans plaques :de plus il n'a été cloturé qu'en 1830

Écrit par : vandenhove jean | 27/05/2012

Bonsoir à tous,
Nous continuons notre combat pour la sauvegarde du cimetière des prisonniers (dit des corses) à Embrun quartier sainte Marthe (qui se situe sur le terrain privé de la famille serre/ Bonnafous).
Je vous signale que la société d'archéologie d'Aix en Provence qui s'occupe d'Embrun ,nous a dit qu'ils allaient protégé le cimetière. Je pense qu'au niveau historique il est important de conserver se site.
Je regrette que la commune d'Embrun ne parle pas de la prison comme d'un lieu historique heureusement qu'il y a le livre de Mr Vanenhove.
Martine BAIGNARD

Écrit par : BAIGNARD | 16/10/2012

Bonjour et bonne année a tous,
je termine mon travail sur l'année 1807 (les décès à la prison d'embrun)

Il y eu 79 morts pour cette année là.
21 femmes ,5 bébés nés à la prison sur les 5 (3 décès cette année là) et 55 hommes,de 85ans à 14 ans.
Amicalement .
Martine Baignard

Écrit par : BAIGNARD | 08/01/2013

je suis a la recherche de 3 personnes de mes descendants incarcerees le 31.08.1824 dans cette prison
gaillard marie 0 le27.03.1803 +18.08.1828 embrun
gaillard marie anne o 09.11.1777
gaillard marie rose o26.09.1775
toutes les 3 condamnees a 10 et 20 ans de reclusion pour meutre
marie anne ou marie rose serait aussi decedee a embrun le09.07.1830
si quequ un pouver me rensiegner je remercie par avance
marc GAILLARD

Écrit par : gaillard | 02/04/2013

A Mr gaillard, à qui je ne peux répondre directement, au sujet des prisonniers décédés. Il faudrait intervenir auprès de Mr Vandenhove car il est seul à même de répondre à certaine questions. Les registres de décés d'embrun sont compliqués à lire parce ce qu'ils sont par paroisses et les prisonniers étaient si mal considérés que seul les registre de prisons peuvent donner des informations Cordialement

Écrit par : l'alpin | 07/04/2013

Bonjour à tous,
cette réponse s'adresse à monsieur Gaillard.
prenez l'annuaire à CHATEAURENARD (13) puis tel . Il n'y a qu'un BAIGNARD SUR CETTE COMMUNE.
J'attends votre appel
Martien BAIGNARD

Écrit par : baignard | 09/09/2013

Bonjour à tous,
Ce message est pour Monsieur Gaillard Marc, car je n'ai plus son adresse mail.
Monsieur Gaillard ,
Pouvez-vous me tel je possède des renseignements pour vous .
Amicalement .
Martine Baignard

Écrit par : baignard | 05/02/2014

Bonjour à tous,
Juste pour vous dire que hier aux Archives départementales d'AVIGNON j' ai enfin découvert les corses qui se sont ont été mis en prison en 1808 et libérés de la prison d'EMBRUN vers 1811. Je suit les conseils de Monsieur VANDHENOVE qui dit dans son livre (page 47) je cite

Écrit par : baignard | 04/03/2014

Il faudrait savoir ce que sont devenu ses réscapés d'Isulacciu.
je vous donne les noms des quatres qui étaient sur AVIGNON en 1812.

CARTHOLI ou CARLOTTI Jacques 22 ans cultivateur d'isulacciu né vers (1790).

DEFENDINI Angélo 34 ans cultivateur d'isulacciu(né vers 1778).

DEFENDINI Pietro (le père) 64 ans cultivateur d'Isulacciu nommé (cagazon) né vers (1748).

PAOLI Pietro xaviero 52 ans cultivateur d'Isulacciu né vers (1760).

L a conclution de la haute police d'AVIGNON dit: CONDUITE EXEMPLAIRE.
Sortis de la maison de détention d'Embrun ,on ignore les motifs de la détention.

Cartholi travaillait chez un potier d'Etain ,les 3 autre nourrit par le bureau de bienfaisance d'AVIGNON.

Voilà je continue mes recherches et je vous tiens au courant .
Martine baignard

Écrit par : baignard | 04/03/2014

Je vous informe que j'ai imprimer les décès des l'ouverture de la prison en 1805 je pense quelle ouvre le dernier trimestre de 1805 ,le premier décès date du 2 vendémiaire l'an 14 (6 /10/1805)
Donc du 6 octobre au 31 décembre l'on compte 11 morts.

1806 =57 morts sur les 57 (il y a 8 morts de personnes qui travaillent ou vivent à la prison)

Mr le Curé, Mr le Maire, le concierge , l'épouse du Pharmacien de la prison,le gendarme de la prison,Une employée, le guichetier, +un bébé dont les parents sont employés de la prison.
je pense à une épidémie au sein de la prison .
martine BAIGNARD

Écrit par : baignard | 04/03/2014

Bonjour ,
je continue mes recherches, en 1807 , il y a 79 décès (21 femmes + 3 bébés +55 hommes)

Il y a aussi 5 naissances sur les 5 trois bébés décèdent.

E N 1808 de novembre à décembre 26 morts : 11 femmes ,9 hommes corse D'iSOLACCIO, et 6 hommes continentaux

je vous donnerai 1809 demain.

pour 1810: 1 femme de 30 ans ,27 hommes de 19 à 73 ans et 1 petite fille de 18 mois . ainsi qu'une naissance à la prison d'un petit garçon louis Donnadieu né fin août 1810.
A bientôt.
Martine baignard

Écrit par : baignard | 05/03/2014

Bonjour à tous,

Je continue les relevés des morts à la prison d'Embrun.
Mais je voulais vous dire que la D R A C d'AIX a mis sous protection le cimetière ,je trouve que sur le plan historique c'est formidable.
Donc:1808= 10 corses morts à la prison et en 1809 j'en compte 95.
A bientôt.
Martine baignard

Écrit par : baignard | 13/06/2014

bonjour
apres un passage aux achives de gap j ai trouve qu une de mes ancêtres GAILLARD MARIE
avait été transferee a la prison de MONTPELLIER le 09.04.1831 ou elle est decedee le 26.11.1837

Marc GAILLARD

Écrit par : gaillard | 13/06/2014

Bonjour Marc ,
Et bravo pour vos recherches et vos trouvailles à GAP.
Martine BAIGNARD

Écrit par : baignard | 14/06/2014

pouvez vous me renseigner sur les raisons de la condanations ,de mon ancetre jean jacques ISNARD decede le 5 01 1808 a l'age de 56 ans (ne vers 1752 ) et la cause de son deces
je vous remercie
Gerard OBSCUR

20/03/2015

Écrit par : OBSCUR gerard | 20/03/2015

Parmi les 4 libérés d'Isolaccio, le premier est Giacomo (Jacques) Carlotti. Nous pensons que, bien que les autorités assurent qu'aucun ne soit revenu à Isolaccio, lui y est retourné et mort en 1826.

Écrit par : Foissard | 01/05/2015

A Martine: vous dites que J.Carlotti travaillait chez un potier d'Etain s' agit il de la ville d'Etain ou un artisan d'etain surAvignon?
Merci

Écrit par : Foissard | 01/05/2015

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique