logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/02/2011

Ces mêtiers disparus

005.JPG
J'étais le Cantonnier, et on m'appelait
"père Baille,   Le Gabriel,  l'Antonni" ...
je passais mon temps sur les chemins avec ma pioche, ma pelle
et ma brouette aussi appelée la "barotta"...
Mes routes étaient empierrées ou pas et il me fallait
entretenir tout ça
les trous, les fossés à curer
les buissons à tailler
Ah! j'avais toujours le litron dans ma "biasse"
Hè! ça aide...
004.JPG
Qu'est- ce vous croyez ? C'est dur de trimer au soleil!
Bon, parfois on pouvait me trouver endormi
sous un noyer
Mais, ce n'était que de la grosse fatigue.
Ce mêtier s'est fait jusque dans les années 60
l'année de ma retaite, ...bien gagnée
Parce que comme employé communal, je faisais
aussi le..."Croquemorts" enfin
certains disaient "lou strroussamoort"
le fossoyeur quoi!
Aujourd'hui, la DDE puis le Conseil Général m'ont remplacé
Mais bon, tout est goudronné, desherbé..au poison
les talus "à filets anti roches"
Mais personne ne me rencontre plus
moi, le Toine ou le Guste
Personne ne m'entend plus chanter
à tue tête
car
un cantonnier, c'était joyeux
Un joyeux drille

Commentaires

Je suis allé dire bonjour aux gens du pays et maintenant voilà que tu me proposes de travailler dur, pfff... !
Non, merci !
Hé oui, encore un métier disparu...
Bonne soirée,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 09/02/2011

C'est du passé, le cantonnier, le vitrier et puis bien d'autres. Il faut vivre avec notre époque. Il y a aussi les métiers qui ont changé de noms, ne disons plus femmes de ménage, mais techniciennes de surface ? Qui ne veut rien dire, ridicule pour moi.

A bientôt.

Écrit par : judith | 09/02/2011

ces metiers anciens nous montrent la dureté de la vie des gens" Nos anciens "
ils savaient vivre avec peu Il y a quelques jours j'ai eu la même envie que toi en faisant une note sur les cloutiers de ma région
Je te souhaite une douce soirée Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 09/02/2011

et c'est beau les nouvelles techniques , des feux oranges pour la circulation alternée, une machine qui broute juste la largeur de sa machoire, et laisse le fouillis buissonnant au niveau des bornes et des poteaux de signalisation, qui passe le jour où monsieur Dédé Euh, a décidé qu'elle passe grâce au travail de reflexion de la sous commission et non quand il y a besoin...même avec un canon dans le nez, nos cantonniers avaient les yeux en face des trous et du bon sens .
C'étaient en plus fort souvent des très braves gens dont l'excès d'instruction n'avait pas gâté le coeur et ils rendaient service en deneigeant devant chez les anciens, en coupant la branche qui dépassait pour éviter la chute du pépé ou de la mémé qui ne montait plus à l'échelle ...un verre de vin un pot de confiture, une tranche de jambon cru faisait leur bonheur ...
ah si on recrutait nos dirigeants chez tous ces braves gens d'autrefois, bons, braves, travailleurs et compétents chacun dans son domaine, pleins de bon sens et DESINTERESSES !
je te souhaite une bonne nuit , j'ai ouvert mon pain pour en chasser l'humidité, il n'est pas mal !
bises

Écrit par : josette | 09/02/2011

Très joli texte de cette vie d'hommes à tout faire......
Dans nos jeunesse je les ai parfois rencontrés le long des chemins.....
Bonne journée et merci de nous aider à nous souvenir de cemonde qui n'existera plus dans la tête de nos jeunes.
Bises
Anita

Écrit par : anita | 11/02/2011

Coucou l'Apinus !
Au village nous avons un papy qui fait le cantonnier au château et autour ,
il est rustique avec sa brouette en bois et son chien un bouvier qui le suit
partout et attend son maître , d'ailleurs que j'ai déjà mis en photo sur une
note (le chien) . La dde a remplacé les cantonniers des villages .
Ici le soleil est venu briller sur la Comtoisie .
Bon vendredi bizoux de la Françouèse de Comtoisie !

Écrit par : françoise la comtoise | 11/02/2011

Coucou Noël
Mon grand-père était cantonnier dans un village de la Nièvre et il aimait parler de son métier qui ne ressemblait pas à celui de notre époque et qu'on appelle OEVP (ouvrier (e) je ne sais pas, voies publiques) C'était un métier très dur et il fallait le faire quel que soit le temps
J'espère voir bientôt des bouzis !
Bisous et bon après-midi

Écrit par : F.jegou | 11/02/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique