logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/03/2011

Ces villages perchés

Dans le passé, pour se mieux protéger des barbares,
nos paysans alpins n'hésitaient pas à se retirer
au plus haut de nos Hautes vallées
C'est ainsi
qu'un lointain parent fonda une famille
006.JPG

o
Là-haut "aux clots" au fin fond de la vallée du valgodemard.
On peut juger par cette simple vue de la dureté
de la vie à 1500 mètres d'altitude
avec des hivers de 6 mois
et le soleil qui ne perçait plus, au moins 4 mois


corbeau010.gif
012.JPG
o
Ce n'est qu'au début des années 1900 que ce hameau déshérité
fût abandonné en ruine, à cause de crues terribles du torrent
et d'incendies ravageurs
010.JPG
o
les toits de chaume protecteurs du froid étaient très inflammables
011.JPG
o
Dure réalité pour ces paysans modestes
aux nombreuses familles
chevre010.gif
dans de petites maisons souvent très exiguës



008.JPG
o
007.JPG
o
Ici, le "Rif du sap "dernier village d'un cousin,
jusqu'après la guerre, seul un sentier de mule permettait d'arriver
à ces habitations
ce village si pittoresque, existe toujours et quelques maisons
consolidées servent encore aux vacances d'été



Commentaires

Il est vrai que la vie devait être super dure et il fallait être motivé pour supporter.

Gros bisous,
Aliette-Lydia

Écrit par : Aliette | 29/03/2011

Oui, on peut imaginer la vie rude et dure qu'avaient ces gens loin du "monde". Belles vieilles photos. A conserver précieusement, témoins d'une vie de dureté.
Bises Noël.

Écrit par : pimprenelle | 29/03/2011

Dans toutes capagnes, la vie était dure mais alors en montagne, que dire ! Même à présent, il faut y être né pour aimer. Je ne parle pas des grands villages mais il y a encore des lieux isolés en montagne que ce soit dans les Alpes ou les Pyrénées ou le Centre.
Il est bon de voir ces vues anciennes et de comparer la vie de maintenant avec l'ancienne.
Bonne soirée
Bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 29/03/2011

Me revoilà l'Alpinus !

C'est un fait avec les crues quant on voit sur la carte postale le torrent dévalé avec force au milieu du village . Ils étaient courageux dans ce temps là et ils n'avaient pas le choix pour éviter les barbares . Dure vie de ces montagnards dans les hauteurs .

Bonne soirée à vous deux , bizoux de la Françouèze de Comtoisie !

Écrit par : françoise la comtoise | 29/03/2011

Den aquous païs de mountagna choù l'y estre nesçu per y resta....pi encara !! bouona journa Cousin .

Écrit par : Marcel | 30/03/2011

Que la vie devait être rude, dans e coin là.

On a vu récemment une série de reportages à TF1 sur ce coin de montagne, l'as tu vu ?
Bonne journée
Bisous
Anita.

Écrit par : anita | 30/03/2011

Heureusement que les conditions de vie ont changé! Qu'il devait être dur, chaque jour de supporter les rigueurs de cet isolement et les dangers que cela comportait....Merci de ce souvenir.


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 31/03/2011

d'après les photos anciennes, les conditons de vie devaient âtre difficiles, il fallait être nés dans ce coin. Je ne connais pas le Valgaudémar, j'ai vu des reportages, ces coins de montagne sont bien, en touristes. Amitié.Renée

Écrit par : Campanule | 01/04/2011

Au moins, ces villages n'ont pas été engloutis, comme avec le lac de Serre-Ponçon !
Bonne soirée,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 01/04/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique