logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/12/2009

La chèvre électorale

Bèèèèèèè!

Pour les élections, vous savez bien comment ça se passe:

Un qui tire du bât , l'autre de la sangle.

Pierre d'ici, Jacques de là-bas

Et puis en arrive un autre qui tire les épingles (du jeu).

On voit des papiers sur tous les murs.

Et on peut même faire de la politique

En usant de la vespassienne

La chèvre de Joseph un jour vint à passer

Comme elle avait du bon sens, voyant les papiers

Elle se dit: ""tout cela doit être pour lécher!""

Et zou les pattes en l'air sur les proclamations

Tant elle les trouva fameuses que toutes elle les mangea:

Et le rouge et le blanc et tout le radical

Et le démocratique qui aussi lui plaisait.

 

013.JPG

 

Joseph qui se trouvait là, voyant la bête:

""Eh bien qu'a ma chèvre aujourd'hui à faire de la politique?""

Se dit-il tout surpris. le Maire qui passait par là

Demanda à Joseph:"" qu'en dis tu de cela?""

Le député que nous aurons, à ton avis, qui sera-t-il?

Le plus beau, le plus laid ou bien le plus honnète?""

"Frère, lui dit joseph, c'est encore un mystère.

Laisse ma chèvre faire ses jolies petites crottes

Et puis je te dirai qui sort le premier!""

tiré du patois Alpin       C. Dye-pellisson

 

15:50 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (7)

23/11/2009

Entr' ânes

 

012.JPG

Comme elle le faisait chaque semaine, Lydie s'en allait sur le chemin avec son âne, ramasser du bois mort pour allumer le feu.

Tout d'un coup, elle voit arriver un homme habillé de neuf,  qui porte un chapeau. Elle se dit"" tiens, voila Prosper. Celui là, depuis qu'il habite la ville il se prend pour un Môsieur"". A tel point qu'il voudrait faire croire qu'il en a oublié son patois et qu'il ne connait plus personne au village.

A l'instant même où ils vont se croiser, les cloches de l'église se mettent à sonner, et l'âne de Lydie, comme à son habitude quand il entend les cloches, se met à braire. Prosper un peu surpris dit à Lydie, avec son accent pointu : ""Ho, madame, le bruit des cloches ne doit pas plaire à votre âne pour qu'il braie de la sorte, il ne doit pas aimer l'angélus! "" Lydie lui répond alors: ""pauvre niais, détrompe toi, les cloches n'y sont pour rien, mon âne est tellement content quand il rencontre un de sa race qu'il a sa façon à lui de le saluer""

Prosper vexé, tourna les talons et s'en alla en grommelant un gros mot ...en patois.

Tiré du patois alpin Couma lou fasié chasca semana, la lydia anava sus lou chamïn , ame soun ase, pèr ramassa de pechoun bouosc, mouort pèr alluma lou fuec...

17:40 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (9)

11/11/2009

La sottise de Janot

 

037.JPG

Comme on faisait en ce temps là, Janot avait été placé dans une famille pour y faire le berger. Il n'avait que quelques vaches à garder et un bon chien pour l'aider, ainsi Janot trouvait la tâche plutôt aisée. Mais il n'en était pas de même à l'étable quand il fallait enlever le fumier, sortir le purin, puis aller chercher de l'eau à la fontaine. Cependant, ce qui lui coûtait le plus c'est qu'en gardant les vaches il devait tous les jours ramasser du bois mort pour allumer le poêle. Un jour qu'il se plaignait à un vieux du village, celui-ci qui était sans doute un peu malicieux lui réplica:"" Janot, si tu veux que ton maître ne t'embète plus avec son bois de chauffage, je te donne un conseil. Un jour, tu attaches ton bois en petits fagots et le soir, au moment de rentrer à la ferme tu en attaches un à la queue de chaque vache..."

Janot trouva l'idée fameuse. Le lendemain il eut vite réuni ses petits fagots qu'il attacha le soir à la queue des vaches...

Pauvres bêtes, elles sont parties comme des éclairs et les fagots qui s'accrochaient aux pierres, ou aux buissons, d'un côté, de l'autre, je ne vous dis pas dans quel état elles sont arrivées à l'étable le soir, la queue en sang!

Quand il comprit qu'il avait été trompé, le pauvre Janot, honteux, chercha comment il allait pouvoir se faire pardonner une sottise pareille qui ne serait ...sans doute pas la dernière.

Quant ènfin coumprénè qu'a esta troumpa, lou paoure Janot, ountous, chasse coume vaï pouguer sé faïré pardounna éna souttisa pariéa ...qué sara souramènt pas la darnièra

Texte  de Tolozan Simone     tiré du patois Alpin

18:02 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (9)

28/10/2009

le chateau du picomtal

010.JPG
Aquarelle du bon vieux temps des foins , au château
002.JPG
C'est vers 1373 que la famille "De rame " fit construire ce
château fort , afin de se protéger de la soldatesque
qui écumait trop souvent la vallée. Les habitants du
village attenant des Crottes, fûrent ainsi
protégés ...à l'abri, tout au moins
001.JPG
Ce château fût délaissé par le dernier descendant
et il serait malheureusement tombé en désuétude
si le nouveau propriétaire n'avait pas fait une
réhabilitation complète .
012.JPG
Ici , démontage, réhabilitation et remontage spectaculaire des "poivrières"
013.JPG
019.JPG
Mathieu de Rame
et ce qui reste de son fort de Rame, en bord
de Durance
004.JPG
011.JPG
Les Roman d'amat , derniers châtelains du lieu
014.JPG
Vitraux de la chapelle, dédiée au roi Saint Louis
003.JPG
Le salon confortable du château résidence
021.JPG
Ici le salon des lions...
afin de concilier la mise aux normes de sécurité, il a fallu ruser.
Détecteurs de fumées , portes sécurisées en faux bois...
La tapisserie aux lions (reproduits au pochoir 650 fois) sur tissus
neufs résistant au feu...l'ascenseur pour les handicapés
...enfin tout , sous surveillance des monuments
historiques ...
J'ajouterai pour la petite histoire que le village des Crottes se nomme aujourd 'hui
Les Crots. Les Crottes , en patois, c'était " las crotas" c'est à dire les 'caves
mais un jour, les habitants en on eut assez qu'on les appele "les crotins".
Ils ont donc adopté Les Crots

011.JPG
Je ne passerai pas sous silence le grand château du conétable Lesdiguières
qui s'illustra par sa vie d'infatiguable  guerroyeur ...et qui se trouve
dans la  haute vallée du Champsaur
010.JPG

il s'employa avec ses barbets à semer la terreur dans une grande partie
du département
012.JPG
Il ne reste à ce jour que des ruines et une partie de cette chapelle
Cette remarquable maquette
est l'oeuvre de Mr. Edouard ROUX
013.JPG
...aujourd'hui décédé


18:53 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (6)

14/10/2009

La Conscription

La conscription , plus communément appelée "le conseil de révision"  était une étape de la vie d'un garçon . Bien que l'idée de partir à l'armée , et même à la guerre n'enchantait personne, " LE CONSEIL" était toujours l'occasion de faire la fête . Dans les années 1900 , le garçon revêtait ses beaux habits  et retrouvait tous les conscrits des alentours pour passer , tout nus devant la commission qui décidait si oui ou non ce dernier était "BON" ou pas bon . Dans ce dernier cas ce pouvait être presque honteux . Ne pas être bon pour le service était parfois mal ressenti . Cela voulait dire qu'on était mal constitué  physiquement ( pieds plats , "idiot" , mal voyant , trop petit ...) Il va de soit qu'à toutes les époques , certains s'en trouvaient bien heureux . Ne pas faire un service qui durait très longtemps au début du siècle , alors qu'un père , décédé manquait pour faire tourner le domaine .

numérisation0003.jpg
Ville d'Embrun , les conscrits de 1899
numérisation0004.jpg
Conscrit Corse , en sabots , vers 1902 , paré de toute ses cocardes. Ils partaient pour 3ans
Ceux de 1910 -11  par exemple , ne rentrèrent pas à la maison car ce fût la guerre. Certains , chanceux , revinrent , d'autres  jamais , engloutis par le cataclysme
numérisation0006.jpg
Embrunais des classes 25à 30
"
Ces conscrits de mon village  après le "conseil" faisaient la fête . On buvait dur et on mangeait aussi abondament . Un ancien conscrit de ma famille paysanne n'était il pas parti de la maison pendant trois jours pleins . Et pourtant , il y avait du travail à la ferme . Mais bon c'était dans les traditions . On allait de villages en villages  et on "faisait la fête" les clairons et tambours sonnaient à tue tête, on "bousculait "le village, faisant peur aux filles qui n'osaient plus sortir.
En 1954, le mien occupa les gendarmes une partie de la nuit. Avec leurs bicyclette, ils ne faisaient pas le poids...



numérisation0011.jpg
Là, un des derniers Conseil de mon "Village"...On peut y voir notre ami marcel
de "miniatures" (avant dernier à droite)

08:34 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (9)

20/09/2009

Patrimoine


2132247147.JPG
Au cours de cette journée du patrimoine , on a pû visiter et admirer
notre église  des 11et 12e siècles et son trésor , mais aussi toutes les églises
environnantes

2132247128.JPG
Comme celle du village de Réallon, 1500m d'altitude, surplombée par son Fort du 13e
siècle. Toutes ces églises, de style Roman dates des 17 et 18e
siècles

007.JPG
Mais aussi, l'église Ste Marie Madeleine des Orres, surplombant la vallée
de la Durance
2132247130.JPG

Ou, la chapelle du vieux Fort Vauban de Montdauphin
qui ne fût jamais terminée
,
012.JPG
Ici ,la collégiale de Briançon avec ses dômes que l'on
retrouve à deux églises de l'Embrunais

2132247151.JPG
Là, le curieux clocher campanile de Ceillac. Ce village très
pieux a aussi  construit une église Romane près de son cimetière
En 1956, Ceillac fût  ravagé par une terrible crue du torrent qui charria
en quelques heures 1m50 de boue et de pierres dans tout le village
qui fût ainsi totalement envasé et isolé  pour plusieurs mois
Il dû son existance à des jeunes internationaux garçons et filles qui
nettoyèrent à la pelle , pioche et brouette pendant des mois...

2132247148.JPG
L'église la plus haute d'europe , celle du village de Saint Veran, à 1950m
003.JPG
Le clocher de l'église de Molines , mutilé lors des grandes joutes religieuses
et parciellement reconstruit, avec cette inhabituelle toiture, illustrant bien la présence
des forêts et de leur bois.   Comme aussi le campanile de ...


001.JPG
...la chapelle de Brunissard d'Arvieux, vers le col d'Isoard
2132247142.JPG
La petite chapelle Saint Michel, au beau milieu du lac de Serre-Ponçon
Presque inconnue avant le barrage elle émerge , sauvée des eaux
001.JPG
La nouvelle église de savines le lac, construite en remplacement
de la Romane dynamitée avant la mise en eau du barrage
Elle a été voulue en forme de proue de bateau...
031.JPG
...Et ce fût la fin
Que l'on soit croyant ou pas , on ne peut rester insensible à notre patrimoine , à toutes
ces églises de nos montagnes de style architectural différent, suivant les
époques de construction ; elles sont les oeuvres d' hommes qui vivaient dans de
très mauvaises conditions, et ont souffert dans leur chair pour bâtir jours après jours
ces monuments de notre histoire, tout en travaillant leurs terres






17:31 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (9)

14/09/2009

"Idiots " et miséreux des Alpes

007.JPG
Dans "l'ancien temps ", au moment de la parution de la carte
postale , certains éditeurs peu scrupuleux , se
complurent à photographier  les défauts et tares des différents personnages
de nos campagnes ...
008.JPG
...En les nommants , idiots , imbéciles , goitreux ...
des Alpes . Et au besoin en "traficotant "leurs photos pour les faire
paraître encore plus laids...

009.JPG
Ici , un goitreux ..des Alpes , bien sur . Tous ces malheureux
étaient des victimes de leur misérable vie de paysans alpins
Leurs conditions d'existence étaient telles qu'ils manquaient de tout
y compris , bien sur , d'Iode . Ce qui entrainait , entre autre , chez hommes et
femmes ces grosseurs de la tyrroïde qui faisaient peur ...ou rire .
C'était selon ...

025.JPG
Ils étaient les" estropiés" des hauts sommets . Frères et soeurs
plus ou moins dégénérés . Nous le retrouvions souvent dans les hospices
car parfois ils avaient eu un enfant .
Les hommes sortaient et hantaient nos rues pour ramasser les mégots ,
leur seule consolation dans cette triste vie .
Ils se nommaient Gusteniard , Ténébriss ou le Tchouass
et les méchants gamins se régalaient de les tarabuster
024.JPG
Misère , misère , des sommets déshérités ...Paysans misérables,
Boumians "voleurs de poules "par nos routes ,  ils allaient ...

026.JPG



16:32 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (13)

28/08/2009

Revivre

 

011.JPG

Et oui ! mon maître un beau jour m'avait oublié , là , dans le pré , il y a 32ans . Victime du progrés , je périssais de jour en jour , allant vers une mort certaine . Mais , oh! miracle , un amoureux des vieilles mécanique a vu un jour mes larmes de désespoir et m'a amené chez lui , pour me soigner . Imaginez un peu le travail . Durant 2ans , une poignée de "fadas " de mécanique m'ont démonté , dérouillé , remonté patiemment , repeint ; 5000 heures et un beau matin , mon coeur ...enfin mon moteur de traction 11cv. , est reparti comme au bon vieux temps . On m'a fêté au village et plein de gens , grands et petits sont venu à mon bord pour un tour de village . Merci les amis de m'avoir redonné vie .

 

14:25 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (9)

18/08/2009

Fête des Guides

001.JPG
Pour le 15 août , les fêtes en montagne sont nombreuses . Une est particulière , c'est
celle des guides de haute montagne , à la Meïge
Cette journée leur est consacrée et ils viennent tous dans la vallée
car ils sont à l'honneur et participent à cette journée de fête ; une belle
occasion pour découvrir ce mêtier de la montagne et
ceux qui le pratiquent depuis ...très très longtemps ...
001.JPG
Hyppolite Pic , la Grave , guide de 1ere classe
004.JPG
Devant la crevasse...
005.JPG
Une corde , un pic , en route ...
010.JPG
Pierre Gaspard , père , célèbre guide de l'Oisans qui réussit , le premier , le
grand pic de la Meïje , le 16 août 1877
009.JPG
Petite pause , sous la roche...

003.JPG

Fraternelle des guides et porteurs de Pelvoux , en vallouise
006.JPG
Très fières , nos dames , endimanchées , bravent le danger
006.JPG
Excursion aux gorges de la Gerle
Ooh! hiisse ...



18:31 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (5)

26/06/2009

Abbaye de chez nous

026.JPG
L'abbaye de Boscodon aujourd'hui , et son clocheton reconstruit il y a peu . La chapelle date du xiv siècle et est dédiée à St. Firmin les autres ailes suivent au xve siècle . C'est à partir de 1972 que la réhabilitation a pu commencer
032.JPG
L'abbaye ...hier ,  achetées par des paysans après bien des vicicitudes  , la pauvre abbaye n'en fût pas moins conservée
par ces braves qui  transformèrent l'èglise en ferme agricole . Sauvant ainsi de la ruine complète l'ensemble de l'abbaye
036.JPG
En 1944 , elle servit même de repère aux maquisards du coin qui d'ailleurs payèrent , sur dénonciation , un lourd tribu
puisque plusieurs d'entre eux moururent en déportation
028.JPG
L'aile dite des "Moines "accueille  aujourd'hui  des religieuses Dominicaines
029.JPG
La pierre utilisée est de la cargneule (ou dolomite caverneuse) tirée d'une carrière proche , les toitures sont  en bardeaux de mélèze , comme à l'origine
044.JPG
Le sanctuaire , Autel consacré en 1992 ; Les pierres qui le compose ont été retrouvées dans le sol de la chapelle
Le christ est en bois de poirier et a été scuplté par le frère Isidore . Frère isidore à donné une partie de sa vie à cette Abbaye . Sculpteur bien connu sur bois et pierre , il était aussi musicien (flute de pan)
034.JPG
Monument en l'honneur des déportés
033.JPG
Le Jardinnet

10:41 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (9)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique